Mes jolis trésors

11 novembre 2014

Cartes de Noël

Eh oui ! il faut penser doucement à préparer Noël : il reste 7 semaines.

J'ai donc réalisé 4 cartes de Noël avec ce petit côté vintage que j'aime bien.

 

P1080938

 

 

Image1

Papier Echo park "Vintage Santa, flocon : perforatrice Artemio

 

Image2

Papier 4heures37 collection 25 place du grand sapin vert, flocon Toga, sequins

 

P1080945

Papier Lawn Fawn collections "Carol" et "Kris", étiquette Toga, ruban rouge à couture blanche May Arts

 

P1080948

Papiers Toga, ficelle rouge Hemp Cord, brads étoiles Toga, perforatrice bordure Artemio,
fleur poinseta en feutrine rouge (kit Scrpdeco décembre 2011)

 

J'ai trouvé et imprimé les 4 images sur Pinterest.

 

Alors laquelle préférez-vous ?

 

Posté par Pascaleldt à 16:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]


06 novembre 2014

Lecture d'octobre


Tout d'abord, je tiens à commencer ce post par la grande satisfaction que j'ai eu hier lorsque j'ai appris par les médias que David FOENKINOS avait obtenu, non pas le Goncourt comme cela était pressenti, mais le prix Renaudot.

Félicitations car ce livre le mérite.

Ce prix vient couronner l'écriture de David FOENKINOS avec un sujet bien plus grave que ceux habituellement traités.

 

tumblr_mgdtr2TrHc1rp4z9do1_250

Source : Writing and wanderlust

 

Muchachas, de Katherine PANCOL (tomes 1, 2 et 3)
(Edition Michel Albin, 2014)

 

AVT_Katherine-Pancol_2259

 

Muchachas-1-2-3

 

4ème de couverture :

Tome 1 :
Les filles sont partout dans ce roman.
Elles mènent la danse.
De New York à Paris, de la Bourgogne à Londres ou à Miami.
Des filles qui inventent, s’enflamment, aiment.
Des filles qui se battent pour la vie.
Et les hommes ?
Ils sont là aussi.
Mais ce sont les muchachas qui dansent, dansent, dansent.
Elles font voler les destins en éclats.
Et ça n’en finit pas !

Tome 2 :
Ces filles-là sont intrépides.
Elles ne demandent rien aux autres.
Tout à elles-mêmes.
Cachent leur peur sous un sourire.
C’est le plus sûr moyen pour avancer, inventer, s’inventer.
Elles se sentent pousser des ailes, s’envolent, tombent et repartent de plus belle.
Il y a des secrets, des mystères, des trahisons.
Des obstacles à surmonter.
Des mots d’amour lancés à la volée.
La vie, quoi !

Tome 3 :
Pour certaines, c’est l’heure de la revanche.
Pour d’autres, celle de la délivrance.
Ou de l’espérance.
Tout se noue, se dénoue, se renoue.
Les muchachas avancent à grand pas.
On ne sait jamais ce qui va arriver.
On retient son souffle, on croise les doigts.
Et viva las muchachas !

 

Tout d'abord en voyant les couvertures de ces 3 livres, j'ai cru à une nouvelle trilogie.

Que nenni ! il s'agit bel et bien de la suite des "Yeux jaunes des crocodiles" (2006), "La valse lente des tortues" (2008) et "Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi" (2010).

J'avais vraiment adoré le ton des 3 premiers tomes : léger, distrayant.

Là il est vrai que les 3 tomes sont sortis en même temps cette année. Je préfère quand il y a des suites les lires d'affilé.
J'avais fait cela pour les "Yeux jaunes des crocodiles" et "La valse lente des tortues" qui étaient sortis en même temps en version poche et j'avais attendu avec impatience la sortie du tome 3.

A la lecture du 1er tome de Muchachas, je n'ai pas trop su où Katherine PANCOL voulait en venir car de nouveaux personnages apparaissent, une nouvelle histoire. On finit par s'apercevoir que les deux histoires sont liées.

Bref on ne s'ennuie pas avec ces 3 nouveaux livres, même si la magie des Yeux jaunes des crocodiles est passée.

Avez-vous "Les yeux jaunes du crocodile" : superbe. J'ai adoré Julie DEPARDIEU dans le role de Jo et Emmanuelle BEART est extra dans celui d'Iris.

 

 Bonne soirée !

Posté par Pascaleldt à 18:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 novembre 2014

Tarte Halloween

ea1441d6a43a99e2311476a49430d9f6

Source : Pinterest

Cette recette que je tiens d'une amie de ma mère, je la réalise depuis de nombreuses années.

D'abord à l'occasion d'Halloween et aussi à la saison des courges.

De prime abord, une tarte à la citrouille, bof mais cette recette toute simple dans laquelle on met quelques gouttes d'extrait d'amande qui rehausse le goût et efface un peu celui de la courge.

En tout cas celle faite hier soir était très bonne, car il n'est resté qu'une part à vous monter en photo.

 

P1080904

 

Pour une tarte pour 8 personnes ou 6 gourmands :

un fonds de pâte brisé sucré
300 g de purée de citrouille (moi je prends du potiron : le goût est plus sucré et plus prononcé)
2 oeufs
150 g de sucre
1/2 verre de lait
50 g de farine
3 g d'extrait d'amande

 

Séparer les jaunes des blancs.

Mélanger le sucre et les jaunes. Ajouter la farine puis le lait.

Bien mélanger.

Ajouter la purée de potiron (que j'ai fait cuire à la vapeur 15 mn et passé au mixeur) puis l'extrait d'amande.

Goutter pour voir s'il faut rajouter un peu d'extrait d'amande.

Monter les blancs en neige et les ajouter à la préparation.

Mélanger doucement pour ne pas casser les blancs.

Verser la préparation dans le fonds de tarte et mettre au four à 180 ° pendant 30 mn.

Attention à la coloration du dessus : si on a des doutes mettre une feuille de papier sulfurisé.

Déguster froid.

P1080903

 

Bon week-end !

 

 

Posté par Pascaleldt à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 octobre 2014

Petits pots de crème au chocolat


J'ai souvent été déçue avec les crèmes au chocolat que je réalisais : pas assez onctueuse, assez oeuf au lait.
Bon en tout cas cela faisait longtemps que je n'avais pas retenter l'expérience.
Mais avec cette recette, on a l'impression de manger des petits pots de La Laitière : vous connaissez ? chocolat, caramel, vanille.
Onctueuse à souhait et d'une réalisation déconcertante qu'on en viendrait à douter du résultat.

P1080510

Ingrédients pour 5 ramequins :

33 cl de crème fleurette

110 g de chocolat (j'ai pris du Nestlé et du chocolat au lait car je n'avais plus assez de noir)

et... c'est tout !

P1080505

 J'insiste bien sur la crème fleurette, car d'elle, dépendra la réussite de la recette.

Faire chauffer dans une casserole la crème fleurette jusqu'à frémissement.

La retirer du feu et incorposer le chocolat cassé en morceaux.

Bien mélanger pour que tout le chocolat fonde.

Remettre sur le feu tout en continuant de mélanger jusqu'à frémissement pendant trois minutes.
La crème va légèrement épaissir.

Verser dans les ramequins et les mettre au frigo pendant 3 bonnes heures après refroidissement (moi je les ai faites la veille).

Déguster et tomber à la renverse !

P1080508

 

P1080509

 

Il me reste à essayer avec du chocolat noir et du caramel.

Vous m'en direz des nouvelles et je suis certaine que vous allez mettre vos autres recettes à la poubelle !

 

 

 

Posté par Pascaleldt à 22:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2014

Lectures de septembre

 

Bonjour à toutes !

5 livres lus ce mois-ci : mieux que pendant les mois d'été !

tumblr_mkr8h7Pbwr1qdk1qco1_500

Source : wrinting and wanderlust

 

Je commence par le dernier lu mais qui a été mon coup de coeur de septembre :

Charlotte, de Davis FOENKINOS (Édition Gallimard, 2014)

index

Sélection prix Renaudot
Sélection prix Goncourt

 4ème de couverture :
« Pendant des années, j’ai pris des notes.
J’ai cité ou évoqué Charlotte dans plusieurs de mes romans.
J’ai tenté d’écrire ce livre tant de fois.
Entre chaque roman, j’ai voulu l’écrire.
Mais je ne savais pas comment faire.
Devais-je être présent ?
Devais-je romancer son histoire ?
Quelle forme cela devait-il prendre ?
Je n’arrivais pas à écrire deux phrases de suite.
Alors, je me suis dit qu’il fallait l’écrire comme ça. »

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.» Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Ecrit sous la forme d'un long poème narratif, le style d'écriture est tout d'abord déconcertant. Mais happé par l'histoire; on en viendrait presque à oublier de reprendre son souffle !

Voir le site de "Cercle de vie", avec un article de 2011 sur sa biographie et quelques peintures.

David FOENKINOS présente son livre à la librairie Mollat

Parce qu'il l'avait présenté lorsqu'il était venu parler son livre "La tête de l'emploi", je n'avais qu'une envie mitigée de lire cette biographie.

Pourtant, David FOENKINOS a écrit un livre passionnant, pas dans le même registre que ce qu'il a l'habitude de faire puisque le sujet est bien plus grave. C'est un livre très fort que l'on referme secouée par la bien courte vie de Charlotte SALOMON, un livre sur des années bien noires et parce que l'on se doute que Charlotte n'avait aucune chance de s'en sortir...

Un émouvant hommage, un récit poignant.

Merci M. FOENKINOS de nous avoir faire partager la vie de Charlotte SALOMON tombée dans l'oubli.

A ne pas manquer jeudi 9 octobre, La Grande Librairie sur France 5 avec David FOENKINOS entre autres.

 

 

L'Exil des anges, de Gilles LEGARDINIER (Edition Fleuve Noir, 2009)

9782265087347


4ème de couverture : Ils ne se connaissent pas, mais un même rêve leur a donné rendez-vous dans une mystérieuse chapelle des Highlands. Valeria, Peter et Stefan ignorent qu'ils sont la preuve vivante d'une découverte révolutionnaire sur les arcanes de la mémoire faite vingt ans plus tôt par deux scientifiques disparus. Une découverte que beaucoup voudraient s'approprier ? à n'importe quel prix. Pour échapper à ceux qui les traquent, ils n'ont pas d'autre choix que de remonter à l'origine du secret dont ils sont les ultimes gardiens. Leurs souvenirs sont des sanctuaires. À eux d'en trouver les clés...
Ce thriller humaniste vous entraînera aux limites de la conscience, au coeur d'une aventure qui vous hantera longtemps, comme un rêve...

Je continue avec ma lancée sur les suspenses avec ce livre de Gilles LEGARDINIER.

J'aime bien lire des livres que j'arrive à imaginer en film : j'imagine bien les scènes, le suspense.
Peut-être qu'il en sortira un film un jour.

 

La nostalgie heureuse, d'Amélie NOTHOMB (Edition Albin Michel, 2013) genre autobiographie

la-nostalgie-heureuse-343106

4ème de couverture : "Tout ce que l'on aime devient une fiction. »

Extraits :

"« Natsukashii » désigne la nostalgie heureuse, répond-elle, l’instant où le beau souvenir revient à la mémoire et l’emplit de douceur. Vos traits et votre voix signifiaient votre chagrin, il s’agissait donc de nostalgie triste, qui n’est pas une notion japonaise."

"Tout le monde connaît cette expérience cruelle : découvrir que les lieux sacrés de la haute enfance ont été profanés, qu’ils n’ont pas été jugés dignes d’être préservés et que c’est normal, voilà."

Dans ce très court roman, on est attiré tout d'abord par la couverture d'une Amélie NOTHOMB joyeuse, côté petite fille. La 4ème de couverture est toujours aussi minimaliste : donc c'est un peut l'aventure (sauf si on a regardé La Grande Librairie de septembre !).

Contactée par une équipe de télévision voulant réaliser un documentaire sur elle, Amélie NOTHOMB accepte de retourner au Japon, pays où elle a vécu ses premières années. Elle va y revoir sa nounou et son fiancé et surtout elle devra faire face à ce que deviennent les souvenirs.

 

D'eau et de feu, de Françoise BOURDIN (Edition Belfond, 2013) 

9782714454065

4ème de couverture : Au coeur de l'Ecosse, un vaste manoir victorien abrite une famille fraîchement recomposée. De cette confrontation tumultueuse et violente va naître une intense passion.
Le jeune Scott revient au domaine familial de Gillespie. Stupéfait, il découvre que son père, Angus, patriarche autoritaire et vieillissant, s'est remarié avec une Française, Amélie. Installée à demeure en compagnie de ses quatre enfants, trois garçons turbulents et une jeune fille, Kate, cette nouvelle belle-mère a bien l'intention de marquer son territoire. De son côté, Scott ne trouve pas cette famille recomposée particulièrement à son goût.
Les tempéraments s'affrontent et les jalousies s'installent. La tension sourd silencieusement autour du véritable enjeu familial : qui sera l'héritier ? Qui gardera le domaine et fera fructifier l'entreprise de distillerie de Gillespie ?
Chaque clan aiguise ses armes, mais un amour improbable, impossible, fera peut-être tout basculer.
Entre rivalités, blessures anciennes et règlements de compte, un puissant drame passionnel : le meilleur de Françoise Bourdin.

Bien. toujours dans la même lignée de ce qu'écrit Françoise BOURDIN sur la vie d'une famille qu'elle sait si bien décrire.

 

Le collier rouge, de Jean-Christophe RUFIN (Edition Gallimard, 2014)

CVT_Le-collier-rouge_4041

 

contributor_15635_195x320

4ème de couverture : Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l'été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d'une caserne déserte.
Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit.
Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère.
Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes.

Trois personnages et, au milieu d'eux, un chien, qui détient la clef du drame...

Jean-Christophe RUFIN est né en 1952,médecin, historien, globe trotteur, écrivain et diplomate français, il a été élu en 2008 à l'Académie française dont il devient alors le plus jeune membre.
Beau parcours !

Une très belle lecture...
Jean-Christophe RUFIN rend hommage à son ami, photographe, Benoît GYSEMBERGH, mort avant la publication de ce texte. Ce photographe lui raconte un jour l'histoire de son grand-père, qui revenu en héros de la guerre de 1914 et décorée de la Légion d'honneur, il avait commis un jour où il avait trop bu un acte qui lui avait valu d'être arrêté et jugé.

Huis clos entre deux personnages dans une prison et un chien "Guillaume" qui aboie sans cesse et qui s'arrête quand on s'intéresse à son maître.

Texte aux multiples thèmes : la barbarie de la guerre, les sacrifices d'hommes anonymes... qui reviennent brisés... dans la difficulté de réintégrer la vie civile, la présence des animaux auprès des soldats. C'est l'histoire incroyable entre un homme et un chien, la révolte légitime d'un soldat qui revient de l'enfer, un homme qui a réfléchi, lu des textes de contestation, des écrits libertaires, qui a essayé de comprendre l'"intolérable"... et la "boucherie" décidée en haut lieu...

 

Et voilà, pas sûr que le mois d'octobre soit aussi prolifique en lecture.

A bientôt !

 

Posté par Pascaleldt à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]



29 septembre 2014

Sweet Memories

Toujours d'après le même sketch de Studio Tekturek voir ici (je ne m'en lasse pas)
et avec mes 2 fripouilles quand elles étaient petites, il y a si longtemps...

Image2

Matériel : papiers bazzil blanc et rouge, American Crafts et 4 heures 37 "3 place gutenberg", tampon Florilège, ruban Toga,
découpe Sizzix "label and buttons", autocollans Echo Parc "Here and here", dots My Mind's Eye  "Lose &found3".

Image3

P1080487

P1080485

 

 Bonne soirée !

 

Posté par Pascaleldt à 19:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2014

Cartes anniversaires

 J'adore la dernière collection de Kési'Art "Like a boho" !

Et comme il y a longtemps que je n'avais pas fait de cartes, j'ai trouvé l'inspiration avec ces jolis papiers.

  

Cartes anniv

 

Cartes anniv2

Matériel : papier Like a boho de Kési'Art et Echo Parc Yours Truky, masking tape "happy birthday", 
dots et die papillons Kési'Art, couture

 

Cartes anniv4

 Matériel : tampon Artémio, papier Kési'Art "Like a boho", masking tape Happy birthday,
ruban Rayher "Fabric Trim" et dots Artemio

Cartes anniv6

Cartes anniv7

 

Bon week-end !

 

Posté par Pascaleldt à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 septembre 2014

Travel

 

J'ai trouvé sur le blog de Studio Tekturek un sketch sur lequel j'ai flashé ! et surtout la jolie réalisation d'Amélie

Allez visiter son blog, c'est magnifique !

SKETCH September - mapka wrzesień org-01

 

J'ai vraiment hésiter sur les photos et finalement j'ai choisi celle de Grande Chérie lors de son séjour à NY fin 2013.

 

Image4

Matériel : paper pad et autocollants Toga (collection USA) et découpes "Travel" Kési'art et precious polaroids Die Namics

Image41

Je crois que je réutiliserai ce sketch car il est vraiment très bien pour des photos de vacances !

 

See you soon !

 

 

 

Posté par Pascaleldt à 16:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2014

Lectures estivales : août (part 2)

Bonjour tout le monde !

Voilà mes dernières lectures de l'été.

De bons livres, beaucoup de dépaysement, du bonheur quoi !

J'ai réellement eu un coup de coeur pour le premier livre que je vous conseille vivement même si les 800 pages peuvent rebuter.

 

by mildred

 Source : By Mildred

 

La vérité sur l'Affaire Harry Quebert, de Joël DICKER (Edition De Fallois, 2012)

Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2012, prix de la Vocation de la Fondation Bleustein-Blanchet 2012 et Goncourt des Lycéens 2012 (j'ai en voyant ce dernier prix essayé de le faire lire à Mr N, en vain ! je dirais qu'il a une totale aversion pour la lecture : mais de qui tient-il ?)

 

lavc3a9ritc3a9cover

 

joc3abl


4ème de couverture
:
À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui  : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événe- ments : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

 

Les 31 conseils pour devenr écrivain de Harry Quebert à Marcus Goldman :

26. Si les écrivains sont des êtres si fragiles, Marcus, c'est parce qu'ils peuvent connaître deux sortes de peines sentimentales, soit deux fois plus que les être humains normaux : les chagrins d'amour et les chagrins de livre. Ecrire un livre, c'est comme aimer quelqu'un : ça peut devenir très douloureux."

18. "Dans notre société, Marcus, les hommes que l'on adminre le plus sont ceux qui bâtissent des ponts, des grattes-ciel et des empires. Mais en réalité, les plus fiers et les plus admirables sont ceux qui arrivent à bâtir l'amour. Car il n'est pas de plus grande et de plus difficile entreprise".

4. Lorsque vous arrivez en fin de livre, Marcus, offrez à votre lecteur un rebondissement de dernière minute.
- Pourquoi ?
- Pourquoi ? Mais parce qu'il faut garder le lecteur en haleine jusqu'au bout. C'est comme quand vous jouez aux cartes : vous devez garder quelques atouts pour la fin."

2 extraits :

"Nous sommes en train de nous dire adieu peu à peu, Marcus."

p 851 : "Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminté votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment pussant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminté."

Voilà, tout est dit !

Je vous fais partager la remise du Prix Goncourt des Lycéens 2012 :

et une interview de Joël DICKER : Les matins de France Culture (octobre 2012)

 

N'oublier jamais, de Michel BUSSI (Edition Presse de la Cité, 2014, genre policier)

« Vous croisez au bord d’une falaise une jolie fille ?
Ne lui tendez pas la main !
On pourrait croire que vous l’avez poussée. »

9782258105546

4ème de couverture : Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper. A Yport, parti s’entraîner sur la plus haute falaise d’Europe, il a d’abord remarqué l’écharpe, rouge, accrochée à une clôture, puis la femme brune, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Ils sont seuls au monde ; Jamal lui tend l’écharpe comme on lance une bouée.
Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît sous les yeux effarés de Jamal le corps inerte de l’inconnue.
A son cou, l’écharpe rouge.
C’est la version de Jamal.
Le croyez-vous ?


Au fil de mes pérégrinations sur la toile, j'ai trouvé ce joli article sur Michel BUSSI tirée de l'Express qui lui rend hommage ! (ici)

Une fois encore, Michel BUSSI nous entraîne dans une histoire machiavélique ! On ne sait plus quoi croire ! On sort du livre manipulé, mais pour notre plus grand plaisir !

Ho là là ! j'aurais pas une nette tendance à lire des policiers en ce moment ?

Oui j'y prends goût assurément et ce n'est pas fini !

Bon un petit dernier pour la fin mais pas du tout dans le même genre :

 

L'art délicat de rester assis sur une balançoise, d'Emmanuelle URIEN  (Editions Denoël  2013 et Press Pocket 2014)

9782266242820

 


4ème de couverture :
La vie de Pauline, comme celle de tout le monde, est faite de hauts et de bas. Et justement, elle vient de tomber de très haut : son mari – jusque-là l'homme idéal – l'a quittée pour sa meilleure amie. Sans doute pas de quoi sombrer, mais assez pour souffrir et cogiter. La garce venant de mourir bêtement assassinée, toute vengeance est exclue. Pauline voudrait oublier ce vaudeville, mais comment faire le deuil d'un homme vivant ? Facile : il suffit de décréter qu'il est mort. Et surtout, de l'expliquer clairement à l'intéressé...

Emmanuelle URIEN

L'auteur : Née dans les années 1970, Emmanuelle Urien est traductrice, musicienne et écrivain. Elle est l'auteur de nombreux recueils de nouvelles et romans parmi lesquels Tu devrais voir quelqu'un (Gallimard 2009) et L'art difficile de rester assise sur une balançoire (Denoël, 2013).
Elle vit aujourd'hui à Toulouse.

Un site sur Emmanuelle URIEN à découvrir.

Voici le mode d'emploi lorsque votre mari vous quitte : effacer la source du mal, c'est-à-dire signifier que votre mari est mort ! oui bof ! pas si simple surtout quand on a des enfants et qu'on en a la garde une semaine sur deux !

C'est drôle, dérisoire et triste à la fois.

 

A bientôt !

Posté par Pascaleldt à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2014

Pont Aven

Bonjour,

Une petite page suite suite aux vacances en Bretagne lors d'une visite à Pont Aven :

 

Image1

Matériel : papier : paper pad My Mind's Eye collection Now and Then "Mme" et 4 heures 37 collection James Cook,
fleurs Kési'art, brads My Mind's Eye Now and Then "Mme", dies Tim Holz "Alterions" et Kési'Art, onglet perforatrice Artémio,
tampon Souvenirs Swirlcards, étiquettes trouvées sur Pinterest

 

et quelques détails :

 

P1080325

 

P1080326

 

P1080327

 

A bientôt !

 

Posté par Pascaleldt à 19:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »