Mes jolis trésors

06 avril 2015

Cliff of Moher

C'est en découvrant hier sur le nouveau numéro d'Esprit Scrapbooking d'avril - mai 2015 la jolie page de Céline LE GUAY sur l'Ecosse que j'ai eu l'idée du même type de page mais sur l'Irlande et plus précisément sur les falaises de Moher qui se trouvent sur la côte Atlantique.

couv-44

Le paysage y est splendide, et le temps changeant peut donner des couleurs magnifiques.

Voici une photo prise dans l'après-midi (euh c'était en juillet ! et il y avait du vent, mais je crois qu'il y en ai tout le temps car Petite et Grande Chéries y sont allées en octobre et c'est pareil !)

Irlande 259

Voilà la même 20 minutes après !

Irlande 258

 

Voici donc ma page avec le même combo d'ES :

 

Sans titre 1

 Matériel : papier : Fancypantsdesigns "Lilac house", étiquettes : 7 Gypsies "Time",
Making momories "Panorama",
mini pack Kési'Art "Edwin",
dots Simple Story, die Kési'Art, alphabet : Jillibean Soup "Grilled gray".

 

Sans titre 2

Sans titre 3

 Pour finir un petit bouquet de branches de prunus pour fêter le printemps :

P1090655

 

Bonne journée !

 

 

 

Posté par Pascaleldt à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


03 avril 2015

Lecture de mars

 

1324c7da8865120e5b17a74f09385bb9

Source : Pinterest

 

Le sourire des femmes, de Nicolas BARREAU (édition Héloïse d'Ormesson 2014 et Livre de Poche 2015) 

9782253099819-T

 

Sous le pseudonyme de Nicolas Barreau se cache un auteur franco-allemand
qui travaille dans le monde de l’édition.

AVT_Nicolas-Barreau_3631

4ème de couverture : "À Paris, un triste vendredi de novembre. Aurélie, en plein chagrin d’amour, remarque dans une librairie un roman intitulé Le Sourire des femmes. En le feuilletant, stupeur ! : non seulement elle y découvre le nom du restaurant dont elle est propriétaire, mais, de plus, l’héroïne lui ressemble comme deux gouttes d’eau. La lecture passionnée de ce roman lui redonne goût à la vie. Intriguée par tant de coïncidences, elle décide d’entrer en contact avec son auteur. Mais rencontrer le mystérieux Robert Miller par l’intermédiaire de son éditeur s’avère étrangement difficile… Comédie romantique qui peint avec saveur un Paris pittoresque et gourmet, Le Sourire des femmes revisite le nouveau désordre amoureux non sans un soupçon de magie et un zeste d’enchantement."

Extrait : page 1 : "L'année dernière, en novembre, un livre m'a sauvé la vie. Je sais que cela semble très peu vraisemblable. Certains pourraient trouver extravagant ou mélodramatique que je dise ce genre de chose. Malgré tout, c'est précisément ce qui s'est passé. Pourtant, personne n'avait visé mon coeur ; la balle n'était pas venue se ficher miraculeusement entre les pages d'une épaisse édition reliée en cuir des poèmes de Beaudelaire, comme on le voit parfois dans les films. Je ne mène pas une existence aussi palpitante."

J'adore cette première ligne : "L'année dernière, en novembre, un livre m'a sauvé la vie". C'est beau, c'est romantique dès le début. Cela augure même de bons moments de lecture. Et c'est le cas.

On pourrait même imaginer un film, j'entrevois les images. Cela me fait penser à "Vous avez un message" ou "Coup de foudre à Notting Hill".

 

Cherchez la femme, d'Alice FERNEY (Edition Acte Sud 2013 et Babel 2015)

 

9782330028633

 

 

AVT_Alice-Ferney_9266

 

4ème de couverture : "Serge est brillant, entreprenant, narcissique. Marianne est sincère, ardente, déterminée au bonheur. Cherchez la femme raconte "l'histoire totale" de leur couple qui se forme, s'établit, procrée, s'épanouit, subit l'épreuve du temps et la déchirure de l'infidélité... Nos destinées affectives sont-elle libres ? De quel poids pèsent les rêves et les échecs de la génération précédente ? Quelles forces obscures (le passé, l'enfance, l'origine sociale, l'argent, la carrière professionnelle, les convictions, les valeurs) sont à l'oeuvre dans la vie conjugale et menacent cet entrelacs fragile de deux solitudes engagées l'une envers l'autre ? Avec une écriture passionnée, pétrie d'intelligence et d'humour, Alice Ferney observe le stupéfiant voyage du couple, ses ravissements et ses dépressions, ses défenses et ses décompositions. Elle retrouve les mots de l'illusion et ceux de la querelle, ceux du rapprochement et ceux de la défaite. Ceux surtout qui permettent de répondre à la question que l'état de grâce renvoie toujours aux lendemains : qu'est-ce que "s'aimer" veut dire ?"


Franchement, j'ai été séduite quand j'ai lu le résumé.

Au fil des pages, j'ai été déçue. J'ai trouvé ce livre long, mais long (703 pages).
Pourquoi avoir fait si long ?

Pour ma part, c'est la première fois que je lis Alice FERNEY et je n'ai pas si je vais récidiver.

Alice Ferney va dans ce livre faire plutôt une étude du mariage et du couple qu'un roman. Elle va décortiquer la rencontre de Marianne et Serge, leurs vies, leurs sentiments, et l'amour inconditionnel que Marianne voue à Serge. L'analyse de tous ces sentiments est un peu lourd.

Bon il ne restera pas un souvenir impérissable, vous l'aurez compris.

Extrait : "Nina comprenait que l'amour l'avait ensevelie vivante : celui de sa mère qui avait manqué et ne s'était pas exprimé, celui de sa grand-mère qui l'avait séparée, celui de son mari qui l'avait enfermée, et celui des enfants qui l'avait occupée, ravie au double sens du terme. Il eût fallu, il fallait, dompter cette force colossale qui s'empare de l'être et de la vie, et dont on ne se méfie pas sous prétexte qu'on l'appelle amour. Même l'amour était plein de poisons. il naissait de la maladie du manque et du désir, il devenait une dévoration pure et simple."

Voir aussi une interview d'Alice FERNEY (ici)

 

 

Pour finir, un extrait du dernier album de Noël GALLAGHER, ex-chanteur du groupe OASIS : "The dying of the light"

 

 

Bonne journée !

Posté par Pascaleldt à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2015

Pour fêter Pâques

Bonjour !

 

Deux cartes pour fêter Pâques avec le même sketch.

 

 

 

 

 

Carte1

Matériel : papier bazzil et Toga (paper pad collection Pâques) perforatrice bordure Artemio, dots Teresa Collins, plaque d'embossage
j'ai trouvé les images de lapin sur Pinterest

Carte1-2

 

Carte1-3

 

Carte1-4

 

 

Carte2

Carte2-2

Carte2-3

Carte2-4

 

Vous trouvez pas qu'elle a l'air bien fière, cette poule !

 

Bon dimanche !

 

Posté par Pascaleldt à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2015

France - Ecosse

 

Il y a deux sports que j'aime particulièrement : le handball (sûrement parce que deux de mes enfants y jouent) et le rugby : deux sports collectifs et pas avec les mêmes gabaris même si les sportifs de haut niveau au hand sont de beaux athlètes.

C'est donc la première fois que je suis allée voir un match de rubgy au Stade de France : quelle ambiance !

Il faut évidemment venir avec un peu de maquillage, des drapeaux, et mêmes des MNS bleu blanc rouge (pour le fun !)

 

Sans titre 5

 Matériel : papier kaiser Craft collection "Spring Bloom" et "Blossom", American Craft "The color of memories",
étiquette Kési'Art et Teresa Collins, tag : Rico Paper poetry, twine rouge, die "Moment" Kési'Art,
alphabet Simple Stories, perforatrice bordure Artemio, trombone (inconnu)

 

P1090596

 

Sans titre 6

 

P1090597

A bientôt !

 

Posté par Pascaleldt à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2015

Lecture de février

 

tumblr_n4ewl7rEIH1qf9q3lo6_500

La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, de Philippe DELERM (édition Gallimard 1997 et L'Arpenteur 2014)

product_9782070744831_195x320

 

contributor_16735_195x320

 

4ème de couverture : "C'est facile, d'écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s'ouvre, docile, offerte. Quelques-unes, moins mûres, sont plus réticentes - une incision de l'ongle de l'index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d'un seul doigt. La dernière est si minuscule. Parfois, on a envie de la croquer. Ce n'est pas bon, un peu amer, mais frais comme la cuisine de onze heures, cuisine de l'eau froide, des légumes épluchés - tout près, contre l'évier, quelques carottes nues brillent sur un torchon, finissent de sécher.
Alors on parle à petits coups, et là aussi la musique des mots semble venir de l'intérieur, paisible, familière. De temps en temps, on relève la tête pour regarder l'autre, à la fin d'une phrase ; mais l'autre doit garder la tête penchée - c'est dans le code. On parle de travail, de projets, de fatigue - pas de psychologie. L'écossage des petits pois n'est pas conçu pour expliquer, mais pour suivre le cours, à léger contretemps. Il y en aurait pour cinq minutes, mais c'est bien de prolonger, d'alentir le matin, gousse à gousse, manches retroussées.
On passe les mains dans les boules écossées qui remplissent le saladier. C'est doux ; toutes ces rondeurs contiguës font comme une eau vert tendre, et l'on s'étonne de ne pas avoir les mains mouillées. Un long silence de bien-être clair, et puis :
- Il y aura juste le pain à aller chercher.»

 

Ce livre évoque des plaisirs minuscules, insignifiants de la vie de tous les jours.
C'est vrai qui aurait penser qu'aider à écosser des petit pois serait un bonheur (parce que chez moi c'est pas le cas, cela tient plutôt de la corvée !).

Extrait : "C'est facile, d'écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s'ouvre, docile, offerte."

..."De temps en temps, on relève la tête pour regarder l'autre, à la fin d'une phrase ; mais l'autre doit garder la tête penchée - c'est dans le code. On parle de travail, de projets, de fatigue - pas de psychologie. L'écossage des petits pois n'est pas conçu pour expliquer, mais pour suivre le cours, à léger contretemps."

C'est étonnant quand on lit ce livre, mais on se remémore des instants vécus, le quotidien.
J'ai beaucoup aimé  sur ces 34 "plaisirs minuscules", le chapitre sur "L'inhalation", "Aller aux mûres", "Lire sur la plage", "Le dimanche soir", "Le journal du petit déjeuner" et "Le Bibliobus".
Philippe DELERM y évoque les saisons, les souvenirs d'enfance oubliés qui ressurgissent, on se dit moi aussi je faisais ça. C'est une impression de prendre son temps.
Bref, un petit traité de vie à soumettre à tous les gens trop pressés.

 

 

Et te voici permise à tout homme, d'Eliette ABECASSIS (Edition Albin Michel 2011 et Livre de Poche 2013)

 

index

 

 

Photo-Eliette-Abecassis

 

4ème de couverture : Adultère. Anna a beau être divorcée de Simon, aimer Sacha éperdument, elle sait que si elle cède à la passion, elle sera considérée comme une femme adultère. A moins que son ex-mari ne lui accorde enfin le guet, ce divorce religieux juif qui la délivrerait de ses chaînes. Ecartelée entre ses pulsions amoureuses et sa conscience religieuse, Anna se heurte au poids des traditions qu’elle n’ose transgresser. Et se retrouve victime du jeu cruel de Simon, qui refuse de lui rendre sa liberté...

 

Sans cette phrase du rituel juif que doit prononcer son ancien mari, une femme, même divorcée, ne retrouve jamais vraiment sa liberté.
J'ai vraiment eu un sentiment de malaise, un choc à la fin de ce livre. Je ne connais rien à la religion juive et j'en ai beaucoup appris en le lisant.
J'ai plaint cette femme qui est enchaînée à un mari dont elle a divorcé civilement, son amant à qui elle finit par se donner après bien des réticences à cause de sa religion qui ne l'a pas libéré de son ex-mari, et sa foi dans la religion.
C'est émouvant, touchant, bien rythmé, cruel pour les femmes juives qui ne peuvent obtenir le "guet" (c'est-à-dire le divorce religieux qui ne peut être accordé que par le mari). Cette femme se bat contre sa famille, les religieux, son mari, son amant, la société juive. Elle va gagner sa liberté d'une façon étonnante à la fin du livre.

Une histoire d'amour contemporaine mais aussi très archaïque.

 

Voir l'interview d'Eliette ABECASSIS :

 

 

Juste avant le bonheur, d'Agnès LEDIG (Edition Albin Michel 2013 et Pocket 2014)

9782266250627

 

Agnès Ledig est née en 1973 et est sage-femme libérale à Obernai.

Mère de trois enfants, elle a commencé l'écriture après le décès de l'un de ses trois fils, atteint d’une leucémie. Pour répondre aux questions que posaient tous ceux qui se préoccupaient de Nathanaël, elle tenait un bulletin hebdomadaire. Un professeur de médecine qui suivait l'enfant lui a révélé son don de transmission et l'a encouragée à écrire.

2a1480d886d151ee843e2fc30ce9496f

4ème de couverture : Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n'a pas l'habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend...

 

Un bien joli titre : un hymne à l'espoir, à la vie. Une histoire poignante.
"Ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle".
C'est vivant, drôle, les dialogues sont plein d'esprit et de réflexions positives. L'histoire est portée par des personnages attachant.
Un conte de fées moderne qui va certainement faire verser quelques larmes.

 

 

Bonne journée !

 

 

Posté par Pascaleldt à 11:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



07 mars 2015

Guinness


Hello !

 

Lors de notre séjour en Irlande à Dublin, nous sommes allés visiter l'usine Guinness.

Ce fût une visite très intéressante et plaisante.

J'ai constaté que que mes enfants prennaient goût à cette boisson que pour ma part je n'apprécie vraiment pas.

 

Sans titre 3

Papiers : kit Scrapdeco février 2015 Gossamer Blue "On my desk" (ici),
paper pad Teresa Collins "Daily Stories", brads Teresa Collins "Save the date",
appareil photo bois Studio Callico

 

P1090583

 

Sans titre 2

 

P1090586

 

Voilà c'est tout pour aujourd'hui !

A bientôt !

 

 

 

Posté par Pascaleldt à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2015

Biscuits craquelés au cacao amer

Aujourd'hui une recette de biscuits facile et bon marché qui se mangeront très bien
avec une crème anglais ou avec un thé.

biscuit caco2

Préparation : 10 mn

Repos : 30 mn

Cuisson : 10 mn

 

Pour une vingtaine de biscuits :

200 g de poudre d'amande
350 g de sucre glace
2 cc de sucre vanillé (maison*)
2 cs de cacao amer
4 blancs d'oeuf

 

Mélangez la poudre d'amande, le sucre glace, le sucre vanillé et le cacao.

Battez les blancs d'oeuf à la fourchette quelques minutes pour les détendre et les faire mousser un peu puis incorporez-les au mélange précédent.

Travaillez la pâte à la spatule et la mettre dans une poche à douille (avec une grosse douille car la pâte est assez compacte).

Déposez des disques de pâtes de 5 cm de diamètre sur un plaque recouverte d'un papier sulfurisé.

Humidifiez les biscuits avec un vaporisateur d'eau et laissez-les sécher 30 mn.

Préchauffez le four à 180 ° et enfournez les biscuits 10 mn en les ayant saupoudrez de sucre glace avant.

 

 

biscuit caco

 

biscuit caco3

 

 

Bonne journée !

 

 

Posté par Pascaleldt à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 février 2015

J'aime le tricot !

Oh oui, j'aime le tricot !

J'en fait depuis très longtemps, je crois que j'ai réalisé mon premier pull à l'âge de 14 ans.

Après quelques années, j'avais un peu arrêté et j'ai repris de plus belle quand les enfants sont nés.

Depuis 4 - 5 ans je m'y remets mais plutôt des petites pièces (écharpe, snood...) avec des points faciles (ça c'est pour pouvoir tricoter devant la TV le soir car sinon je m'endore et faire du point de dentelle devant un film c'est à coup sûr le moyen de tout démancher le lendemain !).

Donc il fallait bien une petite page sur ma passion.

Le tricot sur mes aiguilles est un modèle de Nadia (Ittybitty) que j'ai bientôt fini.

Sans titre 1
Matériel : papiers : pois espacés : Echo Park "Dots&Stripes", carreaux et poins : Authentique "Foundation two" et " Expedition",boutons et brad : Toga, tampons et die : Kési'Art, perforatrice : Artemio

P1090548

 

Bonne journée !

 

Posté par Pascaleldt à 12:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2015

Saint Valentin

J'avais concocté un petit dîner entre amoureux mais il me fallait un gâteau.
Au début j'avais pensé aller l'acheter dans ma pâtisserie préférée puis j'ai vu la recette de Chiara SELENATI (voir ici).

J'adore la dacquoise, j'adore le mascarpone (aie les poignées d'amour !) et j'adore aussi les framboises.

J'ai toutefois raté la dacquoise en suivant la recette alors je l'ai refaite en la modifiant.

En effet la dacquoise pour rester moelleuse doit faire un centimètre d'épaisseur.

 

Sans titre 5

 

Pour la recette de la dacquoise :

100 g de blanc d'oeuf
50 g de sucre
100 g d'amande en poudre
80 g de sucre en poudre
20 g de farine

Une fois la préparation prête, je l'ai séparé en deux et fait cuire 20 mn à 180° dans un moule coeur beurré trouvé au supermarché (19,5 x 16,5 cm)

La préparation de la dacquoise :

Sans titre 2

1er coeur après cuisson :

Sans titre 3



Joyeuse Saint Valentin !


peynet-lovers

Raymond PEYNET

 

 

Posté par Pascaleldt à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2015

Champion du moooooooooonde !!!

 

Que du bonheur !

 

Vive cette équipe de hand qui nous fait tant vibrer depuis déjà si longtemps ! Bravo encore et encore !

 

le-gardien-thierry-omeyer-souleve-le-trophee-de-champion-du-_1933312

 

toluna-popularite-record-des-experts-369107

 

Bonne soirée !

 

 

Posté par Pascaleldt à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]