Mes jolis trésors

13 mars 2015

France - Ecosse

 

Il y a deux sports que j'aime particulièrement : le handball (sûrement parce que deux de mes enfants y jouent) et le rugby : deux sports collectifs et pas avec les mêmes gabaris même si les sportifs de haut niveau au hand sont de beaux athlètes.

C'est donc la première fois que je suis allée voir un match de rubgy au Stade de France : quelle ambiance !

Il faut évidemment venir avec un peu de maquillage, des drapeaux, et mêmes des MNS bleu blanc rouge (pour le fun !)

 

Sans titre 5

 Matériel : papier kaiser Craft collection "Spring Bloom" et "Blossom", American Craft "The color of memories",
étiquette Kési'Art et Teresa Collins, tag : Rico Paper poetry, twine rouge, die "Moment" Kési'Art,
alphabet Simple Stories, perforatrice bordure Artemio, trombone (inconnu)

 

P1090596

 

Sans titre 6

 

P1090597

A bientôt !

 

Posté par Pascaleldt à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


08 mars 2015

Lecture de février

 

tumblr_n4ewl7rEIH1qf9q3lo6_500

La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, de Philippe DELERM (édition Gallimard 1997 et L'Arpenteur 2014)

product_9782070744831_195x320

 

contributor_16735_195x320

 

4ème de couverture : "C'est facile, d'écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s'ouvre, docile, offerte. Quelques-unes, moins mûres, sont plus réticentes - une incision de l'ongle de l'index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d'un seul doigt. La dernière est si minuscule. Parfois, on a envie de la croquer. Ce n'est pas bon, un peu amer, mais frais comme la cuisine de onze heures, cuisine de l'eau froide, des légumes épluchés - tout près, contre l'évier, quelques carottes nues brillent sur un torchon, finissent de sécher.
Alors on parle à petits coups, et là aussi la musique des mots semble venir de l'intérieur, paisible, familière. De temps en temps, on relève la tête pour regarder l'autre, à la fin d'une phrase ; mais l'autre doit garder la tête penchée - c'est dans le code. On parle de travail, de projets, de fatigue - pas de psychologie. L'écossage des petits pois n'est pas conçu pour expliquer, mais pour suivre le cours, à léger contretemps. Il y en aurait pour cinq minutes, mais c'est bien de prolonger, d'alentir le matin, gousse à gousse, manches retroussées.
On passe les mains dans les boules écossées qui remplissent le saladier. C'est doux ; toutes ces rondeurs contiguës font comme une eau vert tendre, et l'on s'étonne de ne pas avoir les mains mouillées. Un long silence de bien-être clair, et puis :
- Il y aura juste le pain à aller chercher.»

 

Ce livre évoque des plaisirs minuscules, insignifiants de la vie de tous les jours.
C'est vrai qui aurait penser qu'aider à écosser des petit pois serait un bonheur (parce que chez moi c'est pas le cas, cela tient plutôt de la corvée !).

Extrait : "C'est facile, d'écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s'ouvre, docile, offerte."

..."De temps en temps, on relève la tête pour regarder l'autre, à la fin d'une phrase ; mais l'autre doit garder la tête penchée - c'est dans le code. On parle de travail, de projets, de fatigue - pas de psychologie. L'écossage des petits pois n'est pas conçu pour expliquer, mais pour suivre le cours, à léger contretemps."

C'est étonnant quand on lit ce livre, mais on se remémore des instants vécus, le quotidien.
J'ai beaucoup aimé  sur ces 34 "plaisirs minuscules", le chapitre sur "L'inhalation", "Aller aux mûres", "Lire sur la plage", "Le dimanche soir", "Le journal du petit déjeuner" et "Le Bibliobus".
Philippe DELERM y évoque les saisons, les souvenirs d'enfance oubliés qui ressurgissent, on se dit moi aussi je faisais ça. C'est une impression de prendre son temps.
Bref, un petit traité de vie à soumettre à tous les gens trop pressés.

 

 

Et te voici permise à tout homme, d'Eliette ABECASSIS (Edition Albin Michel 2011 et Livre de Poche 2013)

 

index

 

 

Photo-Eliette-Abecassis

 

4ème de couverture : Adultère. Anna a beau être divorcée de Simon, aimer Sacha éperdument, elle sait que si elle cède à la passion, elle sera considérée comme une femme adultère. A moins que son ex-mari ne lui accorde enfin le guet, ce divorce religieux juif qui la délivrerait de ses chaînes. Ecartelée entre ses pulsions amoureuses et sa conscience religieuse, Anna se heurte au poids des traditions qu’elle n’ose transgresser. Et se retrouve victime du jeu cruel de Simon, qui refuse de lui rendre sa liberté...

 

Sans cette phrase du rituel juif que doit prononcer son ancien mari, une femme, même divorcée, ne retrouve jamais vraiment sa liberté.
J'ai vraiment eu un sentiment de malaise, un choc à la fin de ce livre. Je ne connais rien à la religion juive et j'en ai beaucoup appris en le lisant.
J'ai plaint cette femme qui est enchaînée à un mari dont elle a divorcé civilement, son amant à qui elle finit par se donner après bien des réticences à cause de sa religion qui ne l'a pas libéré de son ex-mari, et sa foi dans la religion.
C'est émouvant, touchant, bien rythmé, cruel pour les femmes juives qui ne peuvent obtenir le "guet" (c'est-à-dire le divorce religieux qui ne peut être accordé que par le mari). Cette femme se bat contre sa famille, les religieux, son mari, son amant, la société juive. Elle va gagner sa liberté d'une façon étonnante à la fin du livre.

Une histoire d'amour contemporaine mais aussi très archaïque.

 

Voir l'interview d'Eliette ABECASSIS :

 

 

Juste avant le bonheur, d'Agnès LEDIG (Edition Albin Michel 2013 et Pocket 2014)

9782266250627

 

Agnès Ledig est née en 1973 et est sage-femme libérale à Obernai.

Mère de trois enfants, elle a commencé l'écriture après le décès de l'un de ses trois fils, atteint d’une leucémie. Pour répondre aux questions que posaient tous ceux qui se préoccupaient de Nathanaël, elle tenait un bulletin hebdomadaire. Un professeur de médecine qui suivait l'enfant lui a révélé son don de transmission et l'a encouragée à écrire.

2a1480d886d151ee843e2fc30ce9496f

4ème de couverture : Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n'a pas l'habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend...

 

Un bien joli titre : un hymne à l'espoir, à la vie. Une histoire poignante.
"Ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle".
C'est vivant, drôle, les dialogues sont plein d'esprit et de réflexions positives. L'histoire est portée par des personnages attachant.
Un conte de fées moderne qui va certainement faire verser quelques larmes.

 

 

Bonne journée !

 

 

Posté par Pascaleldt à 11:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 mars 2015

Guinness


Hello !

 

Lors de notre séjour en Irlande à Dublin, nous sommes allés visiter l'usine Guinness.

Ce fût une visite très intéressante et plaisante.

J'ai constaté que que mes enfants prennaient goût à cette boisson que pour ma part je n'apprécie vraiment pas.

 

Sans titre 3

Papiers : kit Scrapdeco février 2015 Gossamer Blue "On my desk" (ici),
paper pad Teresa Collins "Daily Stories", brads Teresa Collins "Save the date",
appareil photo bois Studio Callico

 

P1090583

 

Sans titre 2

 

P1090586

 

Voilà c'est tout pour aujourd'hui !

A bientôt !

 

 

 

Posté par Pascaleldt à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2015

Biscuits craquelés au cacao amer

Aujourd'hui une recette de biscuits facile et bon marché qui se mangeront très bien
avec une crème anglais ou avec un thé.

biscuit caco2

Préparation : 10 mn

Repos : 30 mn

Cuisson : 10 mn

 

Pour une vingtaine de biscuits :

200 g de poudre d'amande
350 g de sucre glace
2 cc de sucre vanillé (maison*)
2 cs de cacao amer
4 blancs d'oeuf

 

Mélangez la poudre d'amande, le sucre glace, le sucre vanillé et le cacao.

Battez les blancs d'oeuf à la fourchette quelques minutes pour les détendre et les faire mousser un peu puis incorporez-les au mélange précédent.

Travaillez la pâte à la spatule et la mettre dans une poche à douille (avec une grosse douille car la pâte est assez compacte).

Déposez des disques de pâtes de 5 cm de diamètre sur un plaque recouverte d'un papier sulfurisé.

Humidifiez les biscuits avec un vaporisateur d'eau et laissez-les sécher 30 mn.

Préchauffez le four à 180 ° et enfournez les biscuits 10 mn en les ayant saupoudrez de sucre glace avant.

 

 

biscuit caco

 

biscuit caco3

 

 

Bonne journée !

 

 

Posté par Pascaleldt à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 février 2015

J'aime le tricot !

Oh oui, j'aime le tricot !

J'en fait depuis très longtemps, je crois que j'ai réalisé mon premier pull à l'âge de 14 ans.

Après quelques années, j'avais un peu arrêté et j'ai repris de plus belle quand les enfants sont nés.

Depuis 4 - 5 ans je m'y remets mais plutôt des petites pièces (écharpe, snood...) avec des points faciles (ça c'est pour pouvoir tricoter devant la TV le soir car sinon je m'endore et faire du point de dentelle devant un film c'est à coup sûr le moyen de tout démancher le lendemain !).

Donc il fallait bien une petite page sur ma passion.

Le tricot sur mes aiguilles est un modèle de Nadia (Ittybitty) que j'ai bientôt fini.

Sans titre 1
Matériel : papiers : pois espacés : Echo Park "Dots&Stripes", carreaux et poins : Authentique "Foundation two" et " Expedition",boutons et brad : Toga, tampons et die : Kési'Art, perforatrice : Artemio

P1090548

 

Bonne journée !

 

Posté par Pascaleldt à 12:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



15 février 2015

Saint Valentin

J'avais concocté un petit dîner entre amoureux mais il me fallait un gâteau.
Au début j'avais pensé aller l'acheter dans ma pâtisserie préférée puis j'ai vu la recette de Chiara SELENATI (voir ici).

J'adore la dacquoise, j'adore le mascarpone (aie les poignées d'amour !) et j'adore aussi les framboises.

J'ai toutefois raté la dacquoise en suivant la recette alors je l'ai refaite en la modifiant.

En effet la dacquoise pour rester moelleuse doit faire un centimètre d'épaisseur.

 

Sans titre 5

 

Pour la recette de la dacquoise :

100 g de blanc d'oeuf
50 g de sucre
100 g d'amande en poudre
80 g de sucre en poudre
20 g de farine

Une fois la préparation prête, je l'ai séparé en deux et fait cuire 20 mn à 180° dans un moule coeur beurré trouvé au supermarché (19,5 x 16,5 cm)

La préparation de la dacquoise :

Sans titre 2

1er coeur après cuisson :

Sans titre 3



Joyeuse Saint Valentin !


peynet-lovers

Raymond PEYNET

 

 

Posté par Pascaleldt à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2015

Champion du moooooooooonde !!!

 

Que du bonheur !

 

Vive cette équipe de hand qui nous fait tant vibrer depuis déjà si longtemps ! Bravo encore et encore !

 

le-gardien-thierry-omeyer-souleve-le-trophee-de-champion-du-_1933312

 

toluna-popularite-record-des-experts-369107

 

Bonne soirée !

 

 

Posté par Pascaleldt à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2015

Lecture de janvier

 

 6531776607_af372435ea_o

 

Inconnu à cette adresse, de Kathrine KRESSMANN TAYLOR (Edition J'ai Lu, 1938)

12239_big_inconnuacetteadress_300

 

2b2765486d213d86372516a66674331414f6744

Kathrine KRESSEMAN TAYLOR est née en 1903. Après un diplôme de littérature et de journalisme de l'Université d'Orego en 1924, elle emménage à San Francisco où elle devient correctrice et rédactrice dans la publicité. Elle commence à écrire pendant son temps libre, et elle a publié à l’occasion dans divers petits magazines littéraires. En 1928, elle épouse Elliott Taylor, propriétaire d’une compagnie publicitaire, et devient femme au foyer. Ensemble ils ont quatre enfants. En 1938, la famille emménage à NewYork.
Elle écrit Inconnu à cette adresse. Story magazine accepte de publier cette nouvelle. Cependant, l’éditeur Whit Burnett et son mari Elliott jugent que « cette histoire est trop forte pour avoir été écrite par une femme », et décident du pseudonyme masculin de Kressmann Taylor, qu’elle utilisa ensuite jusqu’à la fin de sa vie. Le Reader's Digest accueille à son tour la nouvelle dans ses pages, puis Simon & Schuster le publie sous forme de livre en 1939. 50 000 exemplaires sont vendus. Les éditions étrangères suivent rapidement, incluant une traduction hollandaise plus tard confisquée par les Nazis, et une version allemande sortie à Moscou. Le livre sera interdit dans l’Allemagne nazie. Il est aujourd'hui souvent étudié au lycée.


4ème de couverture :
Ils sont tous deux allemands. L'un est juif, l'autre non, et leur amitié semble indéfectible. Ils s'expatrient pour fonder ensemble une galerie d'art en Californie mais, en 1932, Martin rentre en Allemagne. Au fil de leur échanges épistolaires, Max devient le témoin impuissant d'une contamination morale sournoise et terrifiante : Martin semble peu à peu gagné par l'idéologie du IIIème Reich. Le sentiment de trahison est immense ; la tragédie ne fait que commencer...


Le livre est écrit dans la forme d'une correspondance épistolaire fictive étalée du 12 novembre 1932 au 18 mars 1934 entre deux très bons amis, Martin Schulse, 40 ans, allemand marié et père de trois garçons, et Max Eisenstein, 40 ans, célibataire d'origine juive, associés de longue date dans une affaire prospère de commerce de tableaux à San Francisco.. En 1932, Martin retourne vivre à Munich et échange avec son ami et associé et il le voit le changer.

Le texte très court et concis raconte une amitié se transforme en haine viscérale. D'une incroyable intensité, le terrible glissement s'opère lettre après lettre comme une fatalité inéluctable.

Un livre fort et bouleversant.

Je n'ai pas vu la pièce de théâtre mais je suis certaine qu'elle doit être poignante comme l'est le livre.

inconnu à cette adresse_0

 

L'elixir d'amour, d'Eric-Emmanuel SCHMITT (Edition Albin Michel, 2014)

 

index

 

4ème de couverture : « L’amour relève-t-il d’un processus chimique ou d’un miracle spirituel ? Existe-t-il un moyen infaillible pour déclencher la passion, comme l’élixir qui jadis unit Tristan et Yseult ? Est-on, au contraire, totalement libre d’aimer ? »

Anciens amants, Adam et Louise vivent désormais à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, lui à Paris, elle à Montréal. Par lettres, tout en évoquant les blessures du passé et en s’avouant leurs nouvelles aventures, ils se lancent un défi : provoquer l’amour. Mais ce jeu ne cache-t-il pas un piège ? 

Observateur pertinent des caprices du cœur, Eric-Emmanuel Schmitt explore le mystère des attirances et des sentiments. 

Bien mais parfois un peu barbant; J'ai préféré "Les perroquets de la place d'Arezzo" (ici)

 

 

Le chapeau de Mitterrand, d'Antoine LAURAIN
(Edition Flammarion 2012 et J'ai Lu, 2013)  
 

9782290057261

 

4ème de couverture : Daniel Mercier dîne seul dans une fameuse brasserie parisienne quand - il n'en croit pas ses yeux - un illustre convive s'installe à la table voisine : François Mitterrand. Son repas achevé, le Président oublie son chapeau, que Daniel décide de s'approprier en souvenir. Tel un talisman, le feutre noir ne tarde pas à transformer sa vie. Daniel aurait-il percé le mystère du pouvoir suprême ? Hélas, il perd à son tour le précieux couvre-chef qui poursuit de tête en tête sa promenade savoureuse, bouleversant le destin de personnages pittoresques et brossant, sous la forme d'une fable, un tableau de la France des années quatre-vingt.

J'avais lu fin 2014 "La femme au carnet rouge" (voir ici)

Quelle délicieuse surprise que ce livre ! j'ai vraiment adoré l'histoire très originale.

Les personnages sont attachants chacun à sa manière, leurs tribulations souvent drôles, l'humour grince juste ce qu'il faut.

 

Ça peut pas rater !, de Gilles LEGARNIER (Edition Fleuve, 2014)

rater-roche

 

4ème de couverture : « - J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir !
Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier de Hugues. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d’un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu’au fond des enfers.
La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde.
La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m’étouffe, la haine me consume. »

 

Encore un roman de Gilles LEGARDINIER que j'ai adoré. Mais comment fait-il cet homme pour se mettre à la place d'une femme ? On pourrait croire qu'il a été écrit par une femme. Voyez plutôt :

"- Comment réagis-tu ? ça va?
- J'ai voulu mourir. Alors en rentrant , j'ai mangé une glace et c'est passé".

Que du bonheur ! J'ai déjà lu les trois autres livres de Gilles LEGARDINIER (ceux avec les jolis chats) et je suis fan ! (Voir ici, ici et ici).
Ce que j'aime aussi avec Gilles LEGARDINIER c'est les pages de fin du livre où il explique son livre, comment il est né, où il remercie ses amis, ses parents, sa femme, ses enfants, ses lecteurs... bref le monde entier tellement il est reconnaissant !

L'histoire est plutôt banale : une femme qui pense avoir trouvé l'homme de sa vie, ce fait finalement larguer. Sauf que le type est un goujat. Alors notre héroïne décide de se venger (et là c'est succulent et complètement déjante).Sans compter les problèmes qu'elle rencontrer à son travail : c'est le bouquet !

Une chose est sûre : c'est que l'amour existe !

C'est vraiment un roman drôle et léger. L'écriture est toujours très agréable. Il est même très romantique mais chut je n'en dévoile pas plus.

 

Et pour finir sur cette touche romantique, une jole chanson d'Ed SHEERAN :

 

 

Bon dimanche !

 

Posté par Pascaleldt à 09:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2015

Cartes de voeux

 

Voici les toutes dernières cartes de voeux réalisées pour cette année !

 

Image 1

 

Image 2

Matériel : papier Brazzil gris et blanc, masking tape argent, twine,
flocons American Crafts et découpe Florilège

 

Image 3

Matériel : découpes : noeud : Die-namics et Sizzix, plaque embossage : "Darice", masking tape argent,
papier blanc 160 g, tampon Artémio avec embossage à chaud paillettes

 

Image 4

Matériel : "2015" : SEI "Silver Valley", papier Authentique collection "Cosy", tampon et twine : Artémio,
flocons American Crafts, poudre à embosser "Glitter"

 

Image 5

Matériel : tampon Florilège, sapin Artémio, papier Authentiqe collection "Seasons"

 

 

Quelques détails

Image 6

Image 7

 

 Bonne journée et restez au chaud : ici il neige !

 

 

 

Posté par Pascaleldt à 13:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 janvier 2015

Agenda 2015

 

Suite au hors série spécial organisation de novembre / décembre 2014 d'Esprit Scrapbooking il y avait un modèle d'agenda réalisé par Fati.

couv-hs15

 

Comme cette année je n'avais pas renouvelé le mien, j'ai donc décidé de le faire :

Image3

 

P1090393

 

image 1

 

image 2

image 3

image 4

image 5

image 6

image 7

image 8

image 9

 Matériel : découpe Kési'Art, perforatrice Artemio, papier divers, couverture papier encadrement,
police caractère : What a babe, reliure Bind it all.

 

J'ai conçu cet agenda avec un côté pratique et avec ce que je recherchais et ne trouvais pas dans les agendas classiques.

Pour la partie agenda, j'ai fait une page calendrier (fait maison sur Word mois par mois en mettant les samedis et dimanches en couleur et positionnant les jours fériés) et à côté une page quadrillée (style bristol) pour prendre des notes.

Derrière la page de la couverture, j'ai réalisé une pochette pour y mettre par exemple des tickets de carte bancaire ou autres.

Les pages "contacts" et "dates spéciales" ont été faites "maison" avec une inspiration trouvée sur Pinterest.J'ai trouvé les pages "Book list", "Things to do", "Wish list" sur Pinterest.

 

Voilà, il ne me reste plus qu'à l'utiliser !

 

A bientôt et bon dimanche !

 

Posté par Pascaleldt à 09:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]



Fin »